« Parlons Sophrologie » : la puissance de la joie, une interview de Frédéric Lenoir

160_F_48752722_89QSrB4o0cX9Cw5BdNjD4Sru1zoVRXBQ

Cette semaine, mon invité est mon ami Frédéric Lenoir, pour échanger sur le thème de la joie, à partir de son livre, « La puissance de la joie »  aux éditions Fayard, dans mon émission « Parlons Sophrologie, parlons d’Humanité », sur Radio Médecine Douce.

Je vous en souhaite une belle écoute et un joyeux Noël ! 🙂

http://radiomedecinedouce.com/broadcast/28940-La-puissance-de-la-joie

Méditation de l’Espoir

160_F_60439715_BtZNPKMLambym8ls6iErsYAnGMCxxAsz

En ces temps troublés, nous avons besoin de conserver l’espoir de jours meilleurs.

Chacun d’entre nous a de l’importance, en tant qu’individu faisant partie du groupe des humains. Chacun d’entre nous contribue à sa manière au devenir de l’ensemble. Ne nous laissons pas envahir par tout ce qui est pessimiste. Après avoir reconnu les troubles, les difficultés, les horreurs passées, continuons d’avancer et essayons de maintenir en nous, haut et fort, le sentiment de tous les possibles heureux.

Chacun d’entre contribue à notre évolution commune. Nous savons que nous sommes tous inter-reliés. Et si nous ne le savons pas, nous pouvons le pressentir.

Le lundi d’après les attentats, je reçois une de mes clientes, qui me raconte le questionnement de son fils de 7 ans, alors que celui-ci se réveille le samedi matin, sans n’être au courant de rien. Pas de télé, pas de radio, rien comme informations sur ce qui s’est passé la veille. Et il dit à sa maman : « Est-ce que les méchants qui ont tiré sur les gentils vont venir chez nous, maman ? ».

Les enfants savent ce qui se passent, sans même en avoir parlé. Nous sommes tous inter-reliés, dans ce que l’on pourrait nommer « l’inconscient collectif ». Nous intervenons dans cet inconscient collectif, que nous le voulions ou non. Ceci fait partie de notre histoire d’humains. C’est comme ça que nous fonctionnons.

Alors, il me semble important, aujourd’hui, d’alimenter cet inconscient collectif d’humanité vraie et d’espoir, en devenant plus conscient de nos pensées, de nos actions, de nos émotions. Il n’y a pas d’âge pour commencer. Juste un effort de volonté. Même si l’on n’a jamais appris à faire ça, il y a toujours un début possible.

Voici une méditation que j’ai nommé de l’Espoir, afin que chacun d’entre nous qui la suit puisse contribuer à alimenter l’ensemble de sa vision positive de l’avenir. A faire tous les jours et sans modération !

Pour écouter l’émission, cliquez ICI

 

La fibromyalgie, de l’espoir ?

Frau mit Schulterschmerzen - woman with shoulder pain

La fibromyalgie, une maladie des muscles. C’est un état qui n’est souvent pas vraiment reconnu par l’entourage, en pensant que les gens sont des « douillets ». Alors que la douleur musculaire est permanente et chronique, et devient même invalidante dans le temps, la médecine reconnaît aujourd’hui la fibromyalgie comme une vraie maladie physique et non pas comme quelque chose de psychologique uniquement.

Sandra Arnaud Gardair, invitée de Patricia Penot dans l’émission « Parlons Sophrologie », nous parle de sujet, et de la manière dont la sophrologie peut aider les personnes atteintes de cette pathologie.

Pour écouter l’émission, c’est ici

« Parlons Sophrologie » : perte et deuil avec Frédéric Lenoir

IMG_20141127_212022

Nathalie Lefèvre, Frédéric Lenoir, Patricia Penot au studio de Radio Médecine Douce.

Parce que la mort nous touche tous de près ou de loin, j’avais envie de faire une émission qui apporte du réconfort et de l’espoir pour toutes les personnes qui se retrouvent confrontées à cette situation, qui malgré tout, fait partie de la vie.

Perdre un être cher est toujours un moment éprouvant. Souvent imprévisible, c’est comme un choc que nous recevons, une impossibilité qui nous met en face avec l’absence, le vide, le manque. Nous avons à passer par différentes étapes pour réussir à dépasser ce choc, ce que l’on nomme les étapes du deuil. De l’incompréhension, parfois teintée de culpabilité, à la colère, en passant par la tristesse, ce n’est pas un chemin linéaire, doux et facile, avant d’arriver à une forme d’acceptation de la situation. Nos croyances en ce que devient l’être ou l’âme après le départ peuvent être aidantes dans ce cheminement.

Avec mon invité, Frédéric Lenoir, auteur de Cœur de Cristal aux éditions Robert Laffont, nous allons passer un moment de partages et d’échanges sur ce sujet. Il nous confiera sa philosophie, ses points de vue et ses expériences.

Pour écouter l’émission

 

Un beau cadeau à faire pour Noël !

coeurcristal

Il était une fois…

Dans un royaume lointain, un jeune prince est victime d’un terrible sort : son cœur, enveloppé d’une gangue de cristal, ne peut ni vibrer ni aimer. Seul un feu d’amour brûlant permettrait de faire fondre le cristal et de libérer son cœur.

Alors qu’il est en âge de se marier, et malgré tous ses efforts, aucune femme ne lui inspire cet amour. C’est ainsi qu’il décide de partir sur les routes du monde, à la recherche de celle qui le délivrerait du maléfice. Semée de bien des obstacles, sa quête l’amène à méditer sur le sens de la vie, mais aussi à découvrir le redoutable secret qui pèse sur sa naissance.

En conteur autant qu’en philosophe, Frédéric Lenoir se penche sur le cœur des hommes : siège de l’amour, siège aussi de la peine et du deuil. Un conte universel à destination des enfants, de leurs parents et de leurs grands-parents.

 

 

« Parlons Sophrologie » – La sophrologie aujourd’hui en France

160_F_41570127_PQ5TaNcIpcMgfu6ck54uECIpWBQcyGqE

Depuis bientôt 50 ans, la Société Française de Sophrologie (SFS)  oeuvre  pour la  recherche, la diffusion et le développement de la Sophrologie. Soucieuse de la transmission du savoir et de la formation des Sophrologues, la SFS dès ses premiers Congrès se préoccupait des « études et  connaissances à acquérir par un  long cheminement. »

Claude Chatillon, sa présidente actuelle, nous parle de ses objectifs, de la différence de la SFS avec les syndicats professionnels. Elle nous fait un point sur la formation des sophrologues et la délivrance du titre RNCP, qui reconnaît aujourd’hui le métier de sophrologue en tant que tel et le place à un niveau III, à savoir un niveau BTS.

Une interview qui permettra à chacun de se retrouver un peu mieux dans son choix d’un sophrologue.

Pour écouter l’émission

 

SFS

Le site de la Société Française de Sophrologie, consulter

L’amour, une valeur de l’âme ?

160_F_40134967_ZEXlMPtEtVCDiHhvBUzqOkw9GJ2KoE8D

Le sentiment d’Amour est placé en sophrologie comme une valeur de l’âme, à savoir ce qui pousse à exprimer le sens de notre vie. Autant dire que cela a de l’importance ! Sans amour, la vie est fade et insipide, et parfois, on ne peut constater la différence d’avec une vie remplie d’amour, que lorsque l’on commence à exister avec ferveur, pétiller avec joie, partager avec humour… Bref ! Exister avec amour !

Alain Héril est mon invité dans l’émission « Parlons Sophrologie » sur Radio Médecine Douce, pour échanger sur ce merveilleux thème. Il nous donnera sa définition de l’amour, nous parlera de l’amour de soi, de l’amour de l’autre, de l’amour de la vie. J’avais aussi envie de le questionner sur les illusions de l’amour. Faut-il s’oublier dans l’amour comme certains semblent le préconiser ? Dans l’amour de la vie, il nous parle d’un exercice qui s’appelle les « 33 choses essentielles ». Et pour lui, l’amour est féminin.

Venez donc découvrir ce thème en vous branchant sur Radio Médecine Douce, cliquez ici. Je vous souhaite une très belle écoute 🙂

 

a8824b_9fbeae26b113dd49811a1970866e6ef8_jpg_srz_128_158_75_22_0_50_1_20_0

Après une formation universitaire en psychologie et philosophie, Alain s’est intéressé à la sophrologie. Il intègre dans son approche la dimension relaxante de la sophrologie à sa dimension psychothérapeutique. Il a également une formation comme sexothérapeute, effectuée auprès de Suzanne Kepes. Il dirige depuis janvier 2010 une unité de formation en psychothérapie intégrative destinée principalement à des psychothérapeutes en exercice et il intervient comme conférencier en France et en Suisse principalement. Conscient de l’importance de la dimension de la création comme élément de réalisation de l’Humain, il s’est formé au théâtre avec Fernando Sanchez et Robert Wilson. Pendant vingt cinq années il a été comédien et metteur en scène professionnel. Comme écrivain il a publié plusieurs livres dont  « Aimer » aux Editions Flammarion.

 

12 mois pour moi !

image

Laurence Bouyer, invitée par Patricia Penot de l’émission « Parlons Sophrologie », nous parle de son livre « 12 mois pour moi » aux éditions Dorval, un recueil de petits exercices simples pour approcher chaque mois de l’année en prenant soin de soi. Nous regarderons ce que nous propose le mois de juin et de juillet, afin de donner possiblement un sens agréable de soi pour préparer ses vacances.

photo laurence bouyer

Après une maîtrise de psycho-sociologie et un DESS en Gestion des Ressources Humaines, Laurence a occupé, de nombreuses années, des postes de direction dans l’industrie. Ainsi, elle a pu manager des équipes importantes et accompagner de nombreuses personnes dans le développement de leur carrière. Par la suite, elle a fait du conseil en management, communication et ressources humaines dans différents secteurs d’activités. Enfin, elle a complété sa formation initiale, en obtenant un diplôme de sophrologie, de PNL thérapeutique, un certificat de praticien en EFT ainsi qu’un Diplôme Universitaire en Psychosomatique à l’Université Paris Descartes. Elle s’est formée à l’hypnose Ericksonienne et à la naturopathie. Elle s’intéresse aussi à la médecine Chinoise, la médecine Ayurvédique, et elle pratique la méditation et le yoga.

Son site Internet

Pour écouter l’émission, c’est ici !

 

 

 

 

Le rythme infernal du temps

Calendar Pages and Clock

La grande aiguille de la pendule qui va si vite… Les minutes qui passent… Les secondes qui défilent… Comment se fait-il que le temps passe si vite aujourd’hui ?

Certains diront que c’est une question d’âge. Plus on avance dans le temps de sa vie, plus les choses accélèrent. Et en même temps, ce n’est plus tout à fait aussi juste. L’effet « quick time » est ressenti de la même manière aussi chez les plus jeunes. Ce temps qui s’accélère semble être un phénomène ressenti et vécu par un ensemble d’individus, quelque soit leur âge physique.

Alors, essayons pendant un instant de sortir de ce temps linéaire. Essayons de le mettre entre parenthèses dans notre vie, pour nous installer dans un temps plus circulaire, sans rythme particuliers. Rien de mieux pour réaliser ce prodige, que de laisser courir notre imaginaire !

Pour vivre une séance guidée par Patricia dans l’émission « Parlons Sophrologie », cliquez ici

Profitez-en bien !