Réveille-toi ! …. Le livre

La curiosité est un atout de l’enfant. Il cherche à être la vie !

« Et si on racontait aux enfants qu’ils peuvent garder confiance dans ce qu’ils savent être… que la mémoire de leur origine est toujours présente en eux ? » Patricia

Facile à lire, poétique et superbement illustré, Réveille-toi est un conte philosophique qui parle de rencontres et de la plus belle, celle que l’on fait avec soi-même ! Il offre une manière de comprendre qu’en chacun de soi existe déjà, tout petit, un être unique qui cherchera toujours à exprimer sa raison d’être. Il invite les parents à orienter leur éducation vers le questionnement plutôt que vers des voies pré-choisies, afin de faciliter cette révélation intime, au fur et à mesure de l’évolution de l’enfant.

Les illustrations sont de Mireille Josselin.

Extrait

Un jour, Petit morceau de charbon de bois entendit un murmure surgir en lui. C’était comme un chuchotement léger. Au début, il le mit de côté. Mais le chuchotement ne l’entendait pas ainsi. Il devint une voix audible.

– Que disait cette voix ? interrogea Broussaille.

– Réveille-toi, répondit Petit morceau de charbon de bois.

– Réveille-toi, c’est tout ? rétorqua Broussaille, un peu déçue.

– Oui, c’est tout. Mais depuis, je me pose plein de questions, renchérit Petit morceau de charbon de bois. Ma vie ne peut plus être comme avant parce que je ressens en moi une insatisfaction.

– C’est bon, une insatisfaction, répondit Broussaille, car cela veut dire que tu es arrivé au bout de quelque chose.

Petit morceau de charbon de bois se redressa et sentit une énergie monter en lui.

 

Pour les enfants, à partir de 10-12 ans. Peut-être aussi lu à plusieurs niveaux et par des lecteurs de tous âges.

 

A propos des auteures :

   Patricia Penot

Patricia œuvre pour une plus grande conscience dans le monde et l’émergence des possibilités existantes en chacun de soi. C’est le premier livre qu’elle écrit, directement adressé aux enfants, même si elle a déjà publié un conte illustré il y a quelques années, Il était une fois une histoire d’âme aux éditions Baudelaire.

    Mireille Josselin

Mireille aime révéler la beauté de la vie et est artiste peintre depuis plus de 30 ans. Ce qui donne du sens à sa vie : la connaissance de soi et la croissance de l’être.

 

 

Aussi disponible en ebook

Le « Dé-Programme »

Bienvenue dans le « Dé-Programme » !

Avez-vous conscience que votre mental est une forme d’algorithme qui programme tout ? Et qu’il empêche de ce fait, de bénéficier de tout ce que la vie peut vous offrir de meilleur ?
Le mental a des jugements sur tout, sur ce qui devrait être ou pas, ce qu’il est possible de faire ou pas, ce qui est la vérité de son point de vue. Il crée sans cesse des jugements, des croyances, des freins, et cachent la réalité de toutes les possibilités qui existent qui pourraient exister, en alimentant les peurs de les réaliser.
Ces séries sont là pour envisager les choses autrement et ouvrir un nouvel espace des possibles.

Votre inscription à un thème du « Dé-Programme » comprend :

  • 3 visioconférences en direct de 1h00 avec Patricia, à partir de la plateforme « Zoom », avec un enregistrement que vous recevez après le rdv, ce qui fait que vous pouvez toujours revoir et bénéficier de ce qui s’est passé au cours de l’appel
  • Des réponses personnalisées à votre situation sur le groupe Facebook privé

 

Thème : « Lever l’Angoisse du Futur »

Dates : 3 – 10 – 17 septembre 2018 – COMPLET

Horaires : 20h à 21h30

Prix : 240 euros TTC

 

   Participer, c ‘est facile !

Pour vous inscrire, vous remplissez le bulletin ci-dessous et cliquez sur « Envoyer ». Vous inscription prendra effet lorsque nous aurons reçu un chèque d’acompte de 30% du montant total prévu. Le solde est à régler au moins 2 jours avant la 1ère visioconférence.

Moi, en colère ? Jamais….

Est-ce un phénomène courant de penser que lorsque l’on est dans un développement personnel ou une croissance spirituelle, on doit être toujours « bon » ? Il semblerait que OUI. La colère ne semble plus avoir sa place par peur de faire du mal à l’autre. Vous me direz que c’est plutôt bon. Y en a qui ne se gêne pas pour cela. Et c’est là une grande différence quand on commence à s’occuper de soi, on n’a plus envie de blesser l’autre.

Pour autant, il y a quand même beaucoup de choses qui énervent dans ce monde ? Non ?

Des gens qui vous parlent mal, ne font attention ni aux mots, ni à la tonalité utilisée, ne se rendant même plus compte que votre sensibilité, elle, devient plus émotive. C’est parfois à dix mille lieux de leur conception. Et si jamais, vous leur dites que vous avez été blessé-e, ils pourraient même vous traiter de « mauviette ». Du jugement, encore du jugement !

Des gens qui ne sont pas présents vraiment lorsqu’ils sont avec vous, ou au contraire, trop présents, finalement, voulant à tout prix imposer leur opinion, en pensant que c’est la seule valable. Mais depuis quand veut-on imposer absolument ses points de vue. C’était comme ça à la préhistoire ? La loi du plus fort ? Je n’en suis pas sûre ! Quand aux premiers, on pourrait être en train de discuter avec quelqu’un et celui-ci vaque à ses occupations, écoutant d’une seule oreille, faisant de petits signes de la tête pour acquiescer sans vraiment savoir ce qui est dit, sans vraiment être dans la relation. Bizarre, non ?

Des gens qui ne cherchent pas non plus à comprendre ce que vous êtes en train de leur expliquer du fonctionnement de votre monde, en pensant qu’il n’y a qu’un seul monde, le leur. Et c’est là où le bas blesse… Il n’y a pas qu’un seul monde, qu’une seule réalité ! C’est comme sur la peinture d’un paysage. Si je suis une parcelle de terre, j’aurais du mal à comprendre ce que peut vivre la parcelle qui se trouve dans le ciel. Et pourtant, tout cohabite, tout coexiste. Si je veux essayer de connaître le monde de l’autre, j’aurais à être curieux-se de ce qu’il s’y passe. Mais j’aimerais bien aussi que l’autre soit curieux-se de mon monde. Pas seulement en sens unique ! Étrange, non ?

Bref, il y a toujours vraiment beaucoup de raisons d’être énervé-e dans ces mondes d’aujourd’hui. Et ce n’est pas du jugement que de reconnaître ces réalités en tant que « vrai » de ce qui se passe. Alors, la colère suscitée par ces « affreuses choses », en réalité, est normale. Elle nous dit qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Elle nous dit que certaines de nos valeurs sont bafouées, ou encore, que l’autre est égocentré. Juste qu’on est pas obligé de « péter » à sa tête.

Prendre un peu de recul, se recentrer, afin de pouvoir prendre conscience de ce qui est touché en nous. Transformer la colère en énergie d’action, afin de protéger et défendre ses valeurs, dans une affirmation sereine de celles-ci, et non dans une violence.

Juste se rappeler que tout n’est pas acceptable, même si l’on est capable de voir le « bon » en l’autre, au-delà de ses attitudes stupides. Nous sommes les seuls défenseurs de notre monde !

Au plaisir de vous aider ! 🙂

Patricia