Nos liens de dépendance

Dès que nous entrons en relation avec quelqu’un, commence à poindre à l’horizon de notre champ de l’inconscient nos liens de dépendance ; ce que nous voudrions qu’il soit, ce que nous attendons de lui, la projection de nos peurs et de nos manques, pensant qu’il va nous alimenter toute notre vie.

En réalité, nous avons besoin d’être aimé et nous sollicitons de l’autre cet amour pour nous nourrir et nous faire du bien, mais parfois en l’oubliant dans cette histoire, pensant que ce que l’on veut pour lui est pour son meilleur et va correspondre exactement à ses besoins et à ses désirs.

Mais comment pouvons-nous être si sûr que c’est ce qu’il veut vraiment ?

D’un autre côté, nous pouvons nous oublier dans une relation, au point que nous nous confondions avec l’autre, perdant nos propres rêves et nos propres espoirs. Lorsque la prise de conscience arrive que, finalement nous répondons plus au désir de l’autre qu’à son propre désir, ce n’est pas toujours très drôle et nous ne savons pas toujours comment nous en défaire sans pour autant perdre l’autre. La peur de perdre est toujours présente dans ces cas-là et peut vraiment nous empêcher d’entamer le chemin de la liberté de soi.

Le vrai secret de la liberté est de retrouver suffisamment l’estime et le respect de soi-même pour accepter de sortir de ces schémas limitants l’expression de nous-même et nous permettant de nous ouvrir finalement à l’amour vrai de soi.

Pour autant, ce chemin ne sera pas toujours facile car nous devrons accepter de passer par le chaos, le vide et le manque, étapes nécessaires pour retrouver un nouvel équilibre dans un nouvel espace de vie. Ne sommes-nous pas obligé de déséquilibrer notre stabilité lorsque nous effectuons un pas pour avancer dans la vie ? Si nous voulons boire du thé chaud, n’est-il pas nécessaire de mettre du feu sous la casserole pour permettre à l’eau de bouillir, créant un chaos provisoire, avant de retrouver la chaleur agréable de la boisson dans notre gorge ?

La vraie question est : comment peut-on faire pour être à l’aise avec le chaos, le vide et le manque, nécessaires et préalables à toute nouvelle création dans notre vie ? Sans pour autant y rester, insistant dans notre volonté et notre intentionalité de créer la vie la plus belle qui soit, porteuse de beauté, de valeurs, de projets et d’amour…

Patricia est interviewée par Nathalie Lefèvre pour parler de ce sujet sur Radio Médecine Douce

Cliquez ici pour écouter l’émission

Laisser un commentaire