Quelques lectures pour alimenter l’esprit…

160_F_55237298_JJCcrdE5BLxN9Ddx6W2eS0LrlR4OH5ZQ

Petit Traité de Vie Intérieure de Frédéric Lenoir – Editions Plon

Rédigé par Patricia

Vivre est un art ! « Nous n’avons pas choisi de vivre, mais il nous faut apprendre à vivre comme on apprend à jouer du piano, à cuisiner, à sculpter le bois ou la pierre. » Ainsi commence le livre de Frédéric Lenoir. Au travers des chapitres qui permettent d’aborder des thèmes comme le fait de se connaître soi-même, de s’aimer pour guérir intérieurement ou encore de devenir de plus en plus libre, l’auteur nous invite à réfléchir à partir de considérations philosophiques de vie, tout à fait abordables par le plus grand nombre, à faire en quelque sorte un point sur notre vie et notre intériorité. Il partage volontiers son expérience personnelle pour illustrer ses points de vue et nous explique ainsi que tout est possible à celui qui veut entreprendre cette quête intérieure du mieux vivre et du mieux exister. Un livre montrant une grande sensibilité de l’auteur, mais aussi un bel humour, car dit-il, « l’humour est une des qualités les plus précieuses de l’esprit humain ». Il ne s’empêche ainsi pas de retraduire, en fin de livre, un dialogue inédit entre Socrate et Jacques Ségéla, renommé pour l’histoire « Julius Crétinus ». Qu’aurait dit Socrate en son temps à un homme qui aurait proné la qualité, l’art et la réussite de la vie autour de la possession matériel ? Vous l’aurez compris, pour Frédéric Lenoir, « tout le chemin de la vie, c’est de passer de l’ignorance à la connaissance, de la peur à l’amour », et l’art de vivre ne peut passer que par une intériorité harmonieuse et heureuse…

La nature de la pensée de Jiddu Krishnamurti – Editions Pocket Spiritualité

Rédigé par Eve

Le monde va mal. Le conflit est partout, dans un monde désacralisé, violent, dangereux, où l’ordinateur supplantera bientôt l’homme dans le domaine de la pensée. Le constat de Jiddu Krishnamurti est sévère. Que peut-on faire alors ? Agir autrement ? Penser différemment ? Et d’abord, qu’est-ce que la pensée ? La conscience ? Krishnamurti nous donne des pistes pour réfléchir à ces questions fondamentales. Il ne propose aucun dogme, lui qui n’a jamais voulu créer de courant de pensée. Il invite simplement le lecteur à réfléchir, à observer les mouvements de sa conscience et le monde sans a priori, dans un regard neuf, afin de le laisser se déployer dans toute sa vérité. Cet ouvrage, parfois exigeant, présente l’intérêt de nous pousser à nous interroger sur nos pensées, nos croyances, nos souvenirs… Le but de ce travail d’analyse de notre conscience étant de nous libérer de ce qui ne serait pas nous, et donc pas juste pour nous, afin de nous approcher le plus possible d’une expression authentique de nous-même. Krishnamurti a toujours refusé le rôle de gourou qu’on souhaitait le voir jouer. Selon lui, la vérité ne peut passer par aucune religion, aucun parti politique ou philosophie. Son but est donc, à travers la pensée, de permettre à l’homme de trouver une complète liberté. Cette transformation de chaque conscience individuelle permettrait selon lui de transformer la société à une plus grande échelle.

La conscience corporelle de Yvan Amar – Editions le Relié – Poche

Rédigé par Eve

Yvan Amar, écrivain et conférencier, a grandi dans la double culture juive et chrétienne, et a été durant quelques années le disciple d’un maitre hindou. Sous-titré « Des exercices pour relier le corps à l’être », ce petit ouvrage est la retranscription d’un séminaire de trois jours, donné par Yvan Amar en 1995. Il nous guide dans la pratique d’exercices corporels très simples, nous amenant à ressentir notre corps, notre souffle différemment, à en « prendre conscience ». L’auteur y alterne sa compréhension du corps, de l’incarnation, souvent poétique, toujours inspirée, et des exercices physiques assez courts, très simples, venant à l’appui de ce qu’il propose, pour une expérimentation personnelle, grâce à laquelle chacun pourra avoir ses propres compréhensions. Amar nous invite à voir le corps comme le « lieu privilégié de la reconnaissance de l’unique ». Il nous parle de la pesanteur d’une façon tout à fait originale, en nous invitant à vivre le poids du corps, en ressentant la force qui nous lie à la Terre. Il nous propose de regarder différemment, comme si c’était la première fois, ce qui nous fait : le corps, l’articulation, la marche, le souffle, l’équilibre. Ressentir comment tout cela nous parle profondément, de qui nous sommes, et d’où nous venons. L’expérience est très sensorielle, et intérieure. Elle amène à « oser la vérité du corps, la sincérité du corps. » Bien que nettement ancré dans une tradition religieuse, Amar nous offre une vision de l’homme bien au-delà des dogmes, un homme incarné, présent à lui-même et au monde. Un être ouvert, relié à l’univers dont il fait partie, car, dit Amar, « s’il y a une réponse quelque part, elle est dans le lien ».

Socrate, Jésus, Bouddha de Frédéric Lenoir – Editions Fayard

Rédigé par Patricia

Pour Frédéric Lenoir, philosophe et sociologue des religions, la situation que nous vivons aujourd’hui en tant qu’humanité dépasse la crise financière. Entre le matérialisme consumériste et le dogmatisme religieux, l’être humain n’est plus mis au centre de l’histoire. Il étudie ainsi la vie de trois « maîtres de vie » que sont Socrate, philosophe athénien, Bouddha, sage indien, et Jésus, prophète, et qui chacun dans leur contexte ont étudié et mis en pratique les valeurs nobles d’être humain. Des points communs les rassemblent dans leur considération de l’être humain et notamment :

– le fait de considérer un être humain égal à un autre, quelque soit son sexe, sa couleur ou encore sa position sociale,

– l’intuition de posséder en soi des caractéristiques sacrées qui ne cherchent qu’à s’exprimer,

– la nécessité de rechercher en soi les fondements de la bonté envers l’autre, du sens de sa vie, de sa croissance personnelle à un niveau spirituel.

Au travers de ces histoires de vie, Frédéric Lenoir nous montre que le plus important aujourd’hui, c’est de remettre des valeurs humanistes dans son quotidien des uns envers les autres, que l’on soit croyant ou pas…

365 façons de vivre heureux et épanoui de Marie BORREL – Editions Guy Trédaniel

Rédigé par Eve

Marie Borrel est journaliste et auteur. Elle a dirigé pendant une dizaine d’années la rubrique santé du magazine « Psychologies », avant de devenir rédactrice en chef du magazine « Médecine Douce ». Elle se consacre maintenant à l’écriture. Elle a déjà publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels des guides pratiques (81 façons de vaincre la timidité – apprendre à se relaxer – devenir soi-même – apprendre à pardonner…). Ce livre fait partie de ces guides. Après une première partie pour cerner ce qu’est le bonheur, qu’il convient de distinguer du plaisir, et puisque, selon elle, « le bonheur, çà s’apprend », Marie Borrel nous propose un « programme d’entraînement » en cinq étapes :

– renforcer l’estime et la confiance en soi-même, indispensable au bonheur

– se réconciler avec son corps, allié précieux avec lequel il convient de vivre en bonne entente

– chasser la culpabilité, qui nous enferme dans la souffrance, alors qu’elle n’a souvent aucun fondement réel

– apprendre le lâcher-prise, laisser couler la vie et saisir les bonheurs qui passent

– apprivoiser le bonheur, enfin, puisque chacun y a droit !

Chaque partie est enrichie de petits conseils que l’on peut piocher « au hasard », ou pour commencer la journée.

Quelques exemples :

« Acceptez l’imprévu, c’est une manière d’ouvrir les yeux sur une réalité qui s’avèrera peut-être plus agréable que ce que nous avions envisagé. Qui sait ?… »

« Faites confiance à votre force intérieure, même si vous ne la ressentez pas encore. »

« Arrêtez de remettre le bonheur à demain. C’et aujourd’hui qu’il faut se mettre en marche, faute de quoi demain ne sera guère différent… »

Un livre très positif, à offrir et à s’offrir…

Laisser un commentaire