Voyage et Sens : Au coeur des Cyclades

Je suis ravie de vous annoncer la naissance d’une nouvelle émission radio « VOYAGE et SENS », créée, réalisée et co animée par Julien Peron et Patricia Penot sur radio médecine douce.
« VOYAGE et SENS » est fait pour donner envie de voyager avec un nouveau regard sur les choses, découvrir des lieux magiques, mieux connaître les cultures, les populations et l’alimentation locale, reconnaître des valeurs communes, ainsi que tout ce qui est sacré dans chaque région du monde…
Premier voyage : les Cyclades 🙂
Les Cyclades sont situées dans la mer Egée méridionale, entre la Turquie et la Grèce continentale. Plus de 220 îles et îlots composent cet archipel dont seulement 33 sont habitées. Le nom des Cyclades est du au fait que Délos soit placée au centre de l’archipel, toutes les autres îles formant un cercle autour d’elle. Elles nous amènent volontiers une réflexion sur la valeur de l’Unité malgré l’éparpillement des îles. Nous pouvons en effet les voir comme une seule entité de part l’homogénéité géomorphologique. D’une part, les îles sont toutes visibles les unes des autres. D’autre part, il existe une aridité identique des climats et des sols.

Dans les Cyclades, la mythologie est présente partout. Le mythe est là pour faciliter le souvenir des évènements vécus, pour faciliter l’explication des phénomènes naturels, ou encore, pour répondre aux questions qui tourmentent l’esprit. Les mythes ont toujours été cultivés par nombre de poètes épiques, lyriques et dramatiques, ce qui leur a permis de s’installer dans une certaine forme d’immortalité. Lorsque le mythe se réfère à l’histoire humaine, l’existence d’un fond de vérité est très plausible. Par exemple, pour expliquer la création de l’île de Délos dont le nom signifie visible, lumineux et qui est un jour sortie de la mer sans savoir pourquoi, la mythologie grecque nous raconte que Poséidon, Dieu des mers, d’un coup de strident, a fait surgir de l’eau cette île et toutes les autres îles autour d’elle. Île flottante au départ, Zeus l’a immobilisée pour que Léto, sa concubine, enceinte et poursuivie par  Héra, la femme de Zeus, jalouse, mette au monde ses jumeaux, Apollon et Artémis. Apollon est le Dieu de la Lumière. Il amène à l’homme la capacité de divination, l’art de jeter la lumière sur la volonté divine. Il est aussi le Dieu de l’Harmonie. Il permet l’art de la musique. Artémis est la déesse de la Chasse, la divinité de la Nature et la protectrice des animaux. Elle nous relie à la tendresse et à la bienveillance. Ce qui nous amène naturellement à considérer cette île comme porteuse de connaissance, de fécondité et d’amour.

Délos est ainsi devenue de par cette histoire, une île sacrée et reste aujourd’hui inhabitée pour préserver ce caractère sacré. Visiter Délos est un véritable plaisir pour les marcheurs et les découvreurs de monde antique. Il y règne une grande paisibilité. Une belle ballade de 2 à 3 heures permet de faire le tour de l’île, pour découvrir le quartier des habitations bourgeoises antiques, empruntant une ruelle par ici, en méditant quelques instants dans une basilique des temps passés par là, avec en bruit de fond le mouvement des vagues turquoises et bleues marines se heurtant sur les rochers de granit. A l’autre bout de l’île, nous pouvons nous laisser porter par l’ambiance du sanctuaire d’Apollon et d’Artémis. Et nous pouvons imaginer le temps d’un instant, l’arrivée de Léto sur cette terre perdue au milieu de l’océan, prête à mettre au monde ses jumeaux. Aimant profondément Zeus, elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour mener à bien cette naissance et demande l’accompagnement de la terre pour pouvoir accoucher en paix sur cet îlot, d’Apollon et d’Artémis.

Le mythe est aussi porteur d’idéaux. Dans les Cyclades, on retrouve :

– la valeur du combat qui aujourd’hui pourrait être retraduit par la volonté et la persévérance nécessaires dans toute réalisation pour réussir,

– la confiance en la vie et en ce qu’elle peut nous proposer de favorable à notre évolution,

– le culte de la beauté, pour s’intéresser davantage à ce qui nous permet de nous élever plutôt qu’à ce qui nous rabaisse. Commencer à voir le beau en chaque chose, chaque personne, n’est pas forcément aisé à faire, mais peut vraiment devenir un art,

– l’intérêt de l’homme, abordé en tant qu’individu et en même temps, régi par des modalités de vie universelles.

Le point de départ de la vie… l’imagination au travail ! 

La cosmogonie essaye d’expliquer la genèse du monde, la création du monde par les Dieux. Incapable de comprendre le monde de manière naturelle, son fonctionnement, ses phénomènes naturels, l’homme va essayer d’y apporter une réponse en donnant une forme d’interprétation qui se veut logique et rationnelle en opposition à ces forces invisibles, inexpliquées, qui parfois étonnent, d’autres fois font peurs. Le début de la création du monde par les grecs est évoqué à l’état pré-cosmique. C’est l’obscurité, le froid et le glacial, le chaos, sans contour défini. Apparaissent alors d’on ne sait où, de manière autogène, auto créée, des êtres nommés Chaos, Aither ou Océan, Nyx (nuit) ou Erebe (Obscurité). Ce sont ces êtres qui donnent naissances aux tous premiers dieux.

700 ans avant JC, Hésiode, poète grec, nous parle ainsi de la création du monde (c’est la plus ancienne interprétation imaginée connue). Au commencement était CHAOS. Et un jour surgit GAIA (la terre mère) et le bel EROS. CHAOS donna naissance à NYX (la nuit) et à EREBE (l’obscurité) qui en s’unissant ont engendré AITHER (la lumière céleste) et HEMERA (le jour). GAIA enfanta également l’OURANOS (le ciel) étoilé, pour servir d’habitation aux Dieux bienheureux. Elle mit au monde les Montagnes pour que les Nymphes puissent y gambader, et la Mer (PONTOS). En se liant à Ouranos, sont nés les TITANS (dont CRONOS) et les TITANIDES, ainsi que les CYCLOPES (respectivement, éclair, tonnerre et foudre). Des Dieux les plus anciens, forces sauvages, primitives, aux plus jeunes, forces paisibles, arrive finalement la création de l’Homme. Différentes hypothèses de la création du monde existent donc dans la civilisation grecque. Pour certains poètes, les Dieux ont créés les Hommes. Pour d’autres, c’est le Titan, Prométhée. Et pour d’autres encore, les hommes sont sortis de la Terre, voir sont nés de l’accouplement des Dieux.

DES ILES…

Naxos : Le point d’arrivée sur l’île est Chora, lieu mythique des noces d’Ariane (fille de Minos) et de Dionysos (Dieu du Vin, de la fécondité et de la végétation). Le couple mythique est souvent représenté dans une attitude qui représente pour les Grecs un « mariage sacré ». Dionysos assis, appuie sa jambe sur la cuisse d’Ariane, avec à leur pieds la panthère sacrée. Dionysos symbolise aussi la recherche de l’extase en sortant de sa personne grâce au vin et à une danse effrénée. Bâtie à flan de colline, c’était une cité grecque très puissante, qui invite à considérer la valeur de la prospérité. Chora est une belle citadelle médiévale où il fait bon se promener et se recueillir, au son parfois présent d’un air de musique classique joué sur piano à queue dans le jardin d’un hôtel, qui résonne dans les petites ruelles de la ville.

Mykonos : C’était une île de pirates au départ. C’est pourquoi le cœur de la ville a été construit sous forme de dédales, véritables labyrinthes pour perdre les assaillants. Aujourd’hui, l’île a une mascotte, le pélican successeur de Petros, premier pélican de l’île, qui se repose le plus souvent le bec sous le robinet de la fontaine dans le vieux port, pour profiter du goutte à goutte d’eau qui ne manque de s’échapper du robinet. A la place des trois points, la légende raconte que si une femme voulait trouver un mari, elle devait s’y abreuver… J

Santorin : Platon nous invite à considérer cette île comme l’ancienne Atlantide, une citée siège d’un empire infiniment paisible et prospère qui a disparu soudainement. Qu’en est-il vraiment ? A chacun de sentir l’ambiance de ce lieu et laisser résonner l’intuition d’une réalité…

Pour écouter l’émission : http://radiomedecinedouce.com/broadcast/14425_Les_cyclades

Laisser un commentaire